MJCF UEC Avant-Garde Facebook Twitter Youtube

JC86 - Fédération de la Vienne

JC86 - Fédération de la Vienne

En France et en Belgique, mobilisons-nous contre la casse du travail et pour le progrès social !

 
 
 

Depuis des semaines, la jeunesse de France est mobilisée contre la Loi Travail qui constitue un véritable retour en arrière pour nos conditions de travail. Ce sont des centaines de milliers de jeunes, étudiants, lycéens et travailleurs avec ou sans emploi qui sortent dans la rue pour dénoncer la Loi Travail d'El Komhri et la vision de société qui en découle. En Belgique également, une première manifestation rassemblant près de 80.000 personnes a eu lieu le 24 mai tandis qu'une vingtaine d'organisations de jeunesses syndicales, étudiantes, culturelles et politiques formaient une plateforme afin de s'opposer aux 45h de la Loi Peeters, la version belge de la Loi Travail.

Les deux gouvernements, belge et français, ont annoncé presque simultanément ces deux lois, influencé par la Commission européenne qui veut imposer la réforme – lisez la casse – du code du travail partout en Europe : fin des 35h (en France) et des 38h (en Belgique) remplacées par des semaines de 45 ou 50h, l'intérim à vie et plus généralement la flexibilisation du temps de travail en fonction des besoins de l'employeur.

En France, le gouvernement, n’ayant pas de majorité au parlement, s’apprête à passer la loi en force, sans aucun débat démocratique ni vote du parlement. Cette tentative de passage en force et ce déni de démocratie sont également visibles à travers le nombre alarmant de cas de violences policières envers les protestations. Un jeune a déjà perdu un œil suite à un tir de flashball, tandis qu'un jeune photographe a été grièvement blessé par une grenade policière.

En Belgique également, les sondages et les mobilisations indiquent clairement que la majorité de la population ne veut pas de la loi Peeters.

Entre destruction des services publics et retour en arrière sur les conquis sociaux,les tenants du système, les gouvernements qui appliquent le programme des 1% veulent faire de nous une génération sacrifiée, la première qui vivra moins bien que ses parents. Une alternative à la vision de société que nos gouvernements cherchent à imposer est pourtant possible : réduction collective du temps de travail et semaine de 32h en lieu et place de leurs semaines de 50h. Nous ne voulons pas vivre pour travailler, nous voulons travailler pour vivre. Nous voulons pouvoir avoir une vie culturelle, sportive et sociale riche. Nous ne voulons pas du retour au 19ème siècle que nos gouvernements tentent de nous imposer. Le 21ème siècle sera sera le siècle de la réduction collective du temps de travail, il sera celui du progrès vers une toute autre société où les gens passent avant le profit.

 

 

En France et en Belgique, mobilisons-nous  contre la casse du travail et pour le progrès social !